Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

▶ Le label parisien Le Saule, boisée oisellerie de chanteurs voyageurs, est sans doute l’une des plus belles choses arrivées à la chanson française "expérimentale" depuis le Saravah d’Areski Fontaine, et notamment parce que le Saule est babélien. Sous influences extra-européennes (musiques traditionnelles d’Afrique ou d’Asie centrale) mais aussi bien toqué d’amour pour les contemporains, monts et abîmes d’un Georges Crumb, d’un Mauricio Kagel, ou encore pour les horizons orphiques de la voix de Meredith Monk, le 3ème album de Léonore Boulanger « Feigen Feigen » - traduisez «Figues Figues» - est d’une langue joueuse, d’énigmes et d’histoires à compléter ou à colorier, où l’essentiel se cache parfois dans des silences mallarméens, ou des bégaiements troublés. Dans bégayer, il y a égayer, et ces « exercices de joie » sont aussi logiciens et merveilleux que les miniatures précises et virtuoses de son alter-ego d’écriture, Jean-Daniel Botta (Dévotion pour la petite chameau), ici à la guitare préparée.
Accompagnée aussi de Laurent Sériès dont la batterie de peaux et de ferraille est un génial trouvetou pour trouvères enfermés dans une usine à papier suédoise, Léonore donne le signal de son tempérament « on sonne de son espèce le chant particulier ».

Léonore Boulanger : chant
Jean-Daniel Botta : guitare préparée
Laurent Sériès : percussions

http://www.lesaule.fr/leonoreboulanger.htm

▶ Leonore boulanger (F) @ Taille 33 - 08/10/2016 - 17h00 - Entrée gratuite !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :